Quand une bipolaire est stable

Voilà, je savoure ma période de stabilité actuelle. Je me sens bien, d’humeur positive et joyeuse, sans être en phase haute pour autant vu que je dors, que je mange et que je n’explose pas non plus d’énergie comme c’est le cas dans ces phases-là.

J’ai des projets, deux projets importants pour le moment et le premier est de faire une formation d’animatrice socio-culturelle. Je me vois bien animer des ateliers où j’apprendrai à tricoter via le tricotin, où j’initierai à la création d’un site web comme le mien via WordPress, un atelier que je nomme mandazen où le but est de colorier un mandala dans une atmosphère calme, reposante (avec peut-être de la musique relaxante).

C’est un beau projet et ça me correspond.

C’est aussi une manière de voir autrement cette maladie parce que je ne travaille pas pour le moment. D’ailleurs, ça a été difficile d’avoir perdu mon emploi à cause de cette maladie et d’autre chose aussi mais quand j’étais passée à un mi-temps médical, j’étais heureuse parce que ça me convenait bien.

Je pouvais avoir une vie socioprofessionnelle et me soigner en même temps.

Sortir de chez moi, sentir que j’ai aussi une place dans la société active, travailler à mon rythme, voir mes collègues… Cependant, je sais que le monde du travail est sans pitié. J’en sais quelque chose.

Et, je sais aussi que dans le milieu socioculturel, ce n’est pas évident de trouver une place. Il se peut aussi que je sois amenée à revoir les ateliers que j’ai, pour le moment, en tête. Mais, je suis capable de m’adapter.

Le principal est d’y aller vraiment pas à pas. D’abord, une formation. Ensuite, faire du bénévolat. Puis, des candidatures spontanées. C’est un projet qui s’étale sur le temps.

En tout cas, depuis que j’ai ce projet en tête, je ne lâche pas. J’ai fait des recherches, j’ai contacté un centre qui fait des formations et je serai recontactée fin de l’année.

Sinon, être bien, ce n’est que du bonheur.

J’ai connu la dépression plus d’une fois, alors je savoure mes petits bonheurs quotidiens. Le bonheur, c’est comme les fruits et les légumes, ça se cueille si on veut en profiter.

Vous pouvez suivre les réponses à cette entrée via le RSS 2.0 Vous ouvez laissez une réponse, ou retracer depuis votre propre site.

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
www.000webhost.com