Double personnalité ? Heu… non !

Je sais, c’est difficile à comprendre pour les gens qui n’ont pas cette maladie et qui vont bien, puis moins bien et ensuite biens. Mais, le bipolaire (même si certains ont l’impression de l’inverse) ne souffrent pas de double personnalité comme on me l’a déjà dit.

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous expliquer ce qu’il se passe dans ma tête et qui peut donner l’impression que je suis deux personnes à la fois. Je vais chercher dans ma mémoire, des moments où le traitement, ce n’était pas vraiment ça parce que j’étais simplement instable.

Je me souviens avoir, en 2007, passé d’une phase dépressive à une phase maniaque à cause d’une psychiatre, aux urgences, qui ne croyait pas au diagnostic posée par ma psychiatre.

Et donc, elle supprime le traitement de fond, me laisse sous antidépresseurs et me voilà en train de voler littéralement dans une autre réalité même pas  15 jour après !!! Bref, ce fut un calvaire pour moi mais de l’extérieur, ça donne: elle joue la comédie car elle reste une semaine en dépression et la voila en train de rire aux éclats !

Ou alors: ce n’est pas la même personne. 

Dans ma tête, seules mes pensées avaient changées: au lieu de voir tout en noir, je voyais tout en blanc. Je surfais sur cette vague, croyant simplement que cette semaine à l’hôpital m’avait aidé et je ne me rendais pas compte du tout (c’est le propre de la phase maniaque) que je faisais un virage vers le haut (virage maniaque).

Mais, je restais moi-même: amoureuse des livres, passionnée d’écriture, motivée à garder mon travail (parce que je travaillais quand une telle chose s’est produite et j’en ai bien voulu à cette psychiatre) et cuisinière qui aimait faire de bons petits plats à son chéri.

Bref, ce qu’il se passe davantage, c’est que je n’ose pas dire les choses ou, alors, j’ai besoin d’un temps de recul, pour réfléchir, alors je change d’avis. Cela peut donner l’impression que le lendemain, je ne suis pas la même que la veille, ors seul mon regard a changé.

Quand je suis instable, mes émotions le sont aussi. Et comme le trouble bipolaire est assez proche du trouble bordeline (qui est, pour les psys, un trouble de la personnalité), je peux donner cette impression d’avoir deux faces.

D’un côté, je suis joyeuse et ouverte. Puis, froissée, je deviens colérique et balance ma colère comme un seau d’eau glacé.

Alors, on peut venir à se dire encore une fois, au delà de voir l’imprévisibilité émotionnelle, que je ne suis pas la même personne deux fois de suite. Et pourtant si mais ce sont juste mes émotions qui mènent la danse et pas moi.

Donc, si vous voyez un bipolaire heureux un jour et très ouvert à votre contact, puis très colérique le lendemain jusqu’à vous fermer sa porte, ne pensez pas qu’il abrite une autre personnalité en lui mais comprenez que son instabilité a une répercussion émotionnelle qui le pousse à réagir de la sorte.

Peu importe dans quelle humeur ou état émotionnel je me trouve, je reste la même personne. C’est juste que je réponds violemment à ce qu’il m’arrive lorsque je suis instable.

 

Vous pouvez suivre les réponses à cette entrée via le RSS 2.0 Vous ouvez laissez une réponse, ou retracer depuis votre propre site.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
000webhost logo