Le complexe de la Wonderwoman

Je ne savais pas comment nommer cet article mais je pense que c’est le bon titre.

Qu’est-ce que ce « complexe de la Wonderwoman » ? J’aurais pu dire: « la superwoman ». Aussi, et c’est vrai.

Pour commencer, j’avoue que j’ai un côté féministe et je crois que si j’avais vécu dans la Grèce antique, j’aurais voué un culte à la déesse Artémis, cherché à être une amazone etc… Si vous ne connaissez pas, tapez sur google « Artémis » (et c’est un pseudo que j’avais ado).

« Tout comme Athéna et Hestia, Artémis est une déesse « vierge ». Elle a demandé à son père l’autorisation de garder sa virginité pour toujours, à cause de son aversion pour le mariage que sa mère lui a transmis dès la naissance. Mais elle la rompit une fois en faveur d’Endymion dont la beauté était si rare qu’elle lui fit part d’une de ses nuits. Et de cette union naquirent 50 filles : les Amazones. »

C’était une déesse guerrière qui avait les hommes en aversion. Elle tenait par dessus tout à sa chasteté car, pour elle, mariage finissait par accoucher d’un enfant et elle ne voulait pas connaître les douleurs de l’enfantement mais elle protégeait les femmes et quand un bébé mourait, on disait qu’il avait été touché par l’une de ses flèches perdues.

Ado, j’avais des phases d’aversion envers les hommes, non pas que je les haïssais, mais parce que depuis bien longtemps, je vois que la charge des responsabilités des femmes est toujours inégale à celles des hommes.

Nous vivons dans une société patriarcale, dirigé par et pour des hommes… Alors, oui, j’ai un côté féministe mais je n’ai pas un arc et des flèches pour tirer sur des hommes (bien que, ça m’amuserait bien ! LOL).

Cependant, je reviens au titre de mon article, après ce petit préambule sur le sujet.

Pourquoi ? Il y a quelques temps (une semaine ou deux, peut-être), j’ai eu notification sur mon smart-phone d’une nouvelle vidéo avec un titre du genre: Comment être une superwoman, d’une chaîne dont je m’étais abonnée mais au vu du titre et des premières secondes de cette vidéo, je me suis désabonnée directement. Plus que jamais dégoutée de voir un homme dire aux femmes qui suivaient sa chaîne comment s’exercer à être plus qu’une simple humaine !

J’étais royalement dégoutée et je me suis désabonnée car aujourd’hui, dans ma vie de tous les jours, j’ai décidé d’agir différemment que ce que cette société patriarcale (pour qui tout mettre sur le dos des femmes est facile et arrangeant) a décidé pour les femmes.

Mais pour continuer, laissez-moi vous raconter ma propre expérience, en parlant d’une femme que j’ai connu, que j’ai aimé et que je n’oublierai jamais de toute ma vie. Elle fut un exemple d’amour inconditionnel, de sympathie, de sourires, de force etc… Malgré la dernière épreuve de sa vie (une malade très grave) qui fait qu’elle n’est plus là aujourd’hui.

Cependant, j’étais admirative devant son courage, sa force et son amour des autres et de la vie. Une telle lumière aurait dû rester bien plus longtemps mais il existe un adage qui dit que les meilleurs partent les premiers. Malheureusement, sur cette planète.

Lorsque je l’ai fréquenté de son vivant, je la voyais comme une vraie wonderwoman. Elle travaillait à temps plein, revenait vers 19h après une journée bien chargée, et elle continuait jusqu’à 22h à s’activer pour cuisiner, pour nettoyer, pour plier le linge sec, pour pendre le linge propre sortant de la machine etc… Tous les samedis, elle faisait les courses, avec son caddie.

Et j’observais son mode de vie sans comprendre pourquoi elle en faisait autant, pourquoi elle ne déléguait pas pour pouvoir, elle aussi, lire un livre le soir, se détendre etc…

Un soir, j’avais décidé de cuisiner. Avec son fils (à cette époque, lui et moi étions amis), j’ai été acheté des aliments de base car j’aime cuisiner asiatique. J’avais concocté un menu (bon un peu trop gros lol) mais ce qui m’a le plus surpris est la chose suivante:

Alors qu’elle rentrait de son travail, elle est venue pendant que je cuisinais me demander comment m’aider. Je l’ai regardé et je lui ai dit que non, ça allait et je lui ai proposé de faire quelque chose pour se détendre (lire ou regarder la télé). Je fus vraiment surprise de sa réaction car elle semblait perdue.

Depuis des décennies qu’elle s’occupait de tout dans la maison en travaillant en plus à temps plein, elle était perdue et là, j’ai réalisé que cela faisait si longtemps qu’elle n’avait plus vraiment de loisirs qu’elle ne savait que faire ce unique soir (parmi tant d’autres) où je me proposais de cuisiner à sa place.

Bien sûr que je voulais qu’elle et sa famille goûtent à mes plats mais avant tout, je voulais lui offrir un moment de détente en la déchargeant de l’une de ses tâches quotidiennes.

Et, je fus surprise, dans un premier temps, de sa réaction. Cependant, je la comprends parfaitement.

De nos jours, depuis mai 68, les femmes ont encore plus de choses à gérer et sont amenées par le train de vie de la société occidentale (je le précise car, étant algérienne d’origine, je sais que les choses sont encore différentes à l’heure actuel dans mon pays d’origine, ce qui me permet une comparaison), les femmes doivent jouer sur tous les fronts:

  • Travailler car, un seul revenu (celui du mari) ne suffit plus.
  • Porter, accoucher et s’occuper des enfants.
  • Faire le ménage.
  • Faire les courses.
  • Faire les repas.
  • S’occuper des enfants: les laver, les nourrir, faire les devoirs, parler avec la maîtresse à l’école (et les femmes s’en occupent davantage) etc…
  • Gérer les factures, les rendez-vous divers et variés, s’occuper des anniversaires ou de tout autre fête.
  • Et que sais-je encore ?

Donc, quand je suis tombée sur cette vidéo d’un homme disant que c’est normal que les femmes doivent être des superswomans et comment y parvenir… je vous assure que cela m’a énervé.

Si j’avais eu ce type devant moi, j’aurais été en mode « Xena la guerrière »  ou « Najia devient une amazone et tire une flèche pour tuer cet homme ! ». Comme Artémis, peut-être.

Non, les femmes ne sont pas des superswomans qui doivent s’occuper de TOUT pendant que l’homme se détend devant la télé en attendant que le repas soit près et en regardant sa série préféré après le boulot.

Alors, il est évident que si une femme ne se décharge pas, ne délègue pas d’elle-même, elle continuera à s’occuper de tout et je vous assure que j’ai déjà rencontré des femmes souffrant de burn out (et certaines finissent par fuir dans une bouteille de vin posée sur la table, et c’est par expérience que je le sais).

C’est probablement ce qui me motive à écrire cet article. Évidemment, il est difficile pour une femme de déléguer si son mari (ou partenaire de vie) fait les choses à moitié et attend de recevoir les ordres de sa femme… Comme si un adulte ne sait pas ce qu’il faut faire dans une maison (tout au plus).

Aujourd’hui, les féministes appellent cela la charge mentale des femmes.

http://information.tv5monde.com/terriennes/la-charge-mentale-des-femmes-c-est-quoi-169966

Pour vous dire la vérité et conclure, oui, moi aussi, je ressens ce besoin de tout faire, tout contrôler mais je me dis que ce n’est pas me rendre service et que non, je ne suis pas Dieu ! Moi aussi, j’ai mes faiblesses, des moments où je n’arrive à rien.

Mais à l’heure où j’écris cet article, j’apprends à accepter ces états et si la vaisselle n’est pas faite ce jour, je la ferai en temps et en heure. Ce n’est pas évident car le juge intérieur intervient avec des phrases qui ont « bercé » mon enfance: t’es une bonne à rien… Cependant, je sais que ma santé prime sur le ménage ou même les rendez-vous…

Et je vous conseille fortement (peu importe votre sexe) de voir ce site web:

https://emmaclit.com/2017/05/09/repartition-des-taches-hommes-femmes/

Vous pouvez suivre les réponses à cette entrée via le RSS 2.0 Vous ouvez laissez une réponse, ou retracer depuis votre propre site.

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
www.000webhost.com